mardi
08 septembre 2020

OUVERTURE DES PORTES : 20H30
DÉBUT DU CONCERT : 21H

TARIFS INDIQUÉS HORS FRAIS DE LOCATION

Co-plateau

JAZZ À LA VILLETTE - TI'KANIKI 1ère partie

Tarif

PLEIN 15€ / PRÉVENTE 13€ / réduit 13€

WORLD

JAZZ À LA VILLETTE - ELECTRIC VOCUHILA

Sortie d'album "Palaces"

Ce quartet électrique nous entraîne dans une transe inspirée par diverses musiques africaines contemporaines (sébène congolais, tsapiky malgache, sungura).
Tour à tour hypnotique et frénétique, leur musique se construit librement autour de motifs fulgurants, de riffs acérés et explosifs.
Un appel joyeux et urgent à la danse.
Electric Vocuhila fait partie du Capsul Collectif basé à Tours.

Maxime Bobo : saxophone alto, claviers & composition
Arthur Delaleu : guitare
François Rosenfeld : basse & guitare
Étienne Ziemniak : batterie

"...le son de ce troisième album n'a même jamais été aussi proche de la fièvre des "bals poussière". Virtuose et crépitant [...] quarante minutes de fête cardiaque." Anne Berthod, Télérama (fff) - mai 2020

"Electric Vocuhila displays an impressive mastery of various African styles in their fourth album, Palaces [...] they take a unique, punk-like approach to a cocktail of African Musics." Julia Baker, Songlines - mai 2020

"Ça vous colle la transe au bassin, des étincelles aux yeux [...] En poussant plus loin une sorte de rage tranquille, ardente à vous fendre le plexus." Pointbreak - avril 2020

MALOYA

JAZZ À LA VILLETTE - TI'KANIKI 1ère partie

"Release Party"

Après 5 ans de kabars à travers l’Europe, le groupe Ti’kaniki présente “Maloya à l’opéra”, son premier EP enregistré dans le fameux Opéra Underground de Lyon.
Unis par leur passion commune pour le maloya, le collectif rassemble des musiciens réunionnais et métropolitains aux origines diverses. Cette musique traditionnelle de l’île de la Réunion trouve ses origines dans l’histoire complexe et douloureuse de l’île. Fruit de l’esclavage, il fut longtemps cantonné à des fêtes clandestines (les kabars) où les esclaves affirmaient leur désir d’indépendance dans une musique rituelle de transe. Ti’Kaniki poursuit ce processus de transmission par le maloya au sein de ce groupe sans chanteur principal fixe, où tout le monde chante et joue les différentes percussions.
Le collectif est composé à la fois de musiciens réunionnais comme la chanteuse Océane Gado, les percussionnistes Luc Moindranzé Karioudja et David Doris. Ces deux derniers ont joué avec les plus grands (Danyel Waro, Groove Lele, René Lacaille). À leurs côtés, des musiciens hyperactifs aux cultures et racines diverses, Cindy Pooch (chanteuse de The Bongo Hop), Hadrien Santos Da Silva (ex batteur de Kumbia Boruka), Margot Delatour du groupe Pixvae, ou encore Gaël Champion (Bigre !) et Jonathan Volson (Cirque Plume).

Gael Champion : kayamb, chant
Margaux Delatour : sati, chant
David Doris : congas, sati, chant
Océane Gado : sati, chant
Luc Moindranzé : roulèr, congas, chant
Cindy Pooch : triangle, chant
Hadrien Santos Da Silva : sati, bobre, chant
Jonathan Volson : roulèr, congas, chant